X


A la une, cette semaine

A la une

Le préfet en visite sur trois sites d'exploitations

Vendredi 13 avril, la FDSEA et les JA avaient invité le préfet de l'Ardèche, Philippe Court, à venir visiter trois exploitations agricoles. L'objectif : l'interpeller sur les perspectives de l'agriculture dans le département et les obstacles à surmonter au quotidien. Irrigation, nuisances causées sur les cultures par les sangliers, gel arboricole, emplois saisonniers et logement... Un riche panorama lui a été offert.
Publié le 18/04/2018 (Réf. 8115)

A la une

Drosophila suzukki : Où en est-on de la lutte sanitaire ?

Enjeu sanitaire majeur pour les arboriculteurs du département, la lutte contre la drosophila suzukii était au cœur d'une réunion d'information organisée par la Chambre d'agriculture, le jeudi 12 avril, à Saint-Just-d'Ardèche. Un prochain rendez-vous centré sur l'enroulement chlorotique de l'abricotier est programmé le vendredi 27 avril à Cornas.
Publié le 18/04/2018 (Réf. 8116)

A la une

Chasse : Des mesures exceptionnelles mises en œuvre

La Fédération des chasseurs de l'Ardèche tenait son assemblée générale, samedi 15 avril à Saint-Cyr. Avec un bilan financier difficile et un montant de nuisances dépassant les 700 000 € pour 2017-2018, la baisse des dégâts de gibier sera au centre des actions à mener sur la prochaine saison de chasse.
Publié le 18/04/2018 (Réf. 8117)

A la une

Châtaigne d'Ardèche : la filière maintient le cap sur ses ambitions

La châtaigne sort d'une mauvaise campagne, mais le SDCA et le Cica, qui tenaient leurs AG le 6 avril, préfèrent mettre en avant quelques raisons de se réjouir. En particulier, le plan régional de filière "châtaigneraies traditionnelles".
Publié le 11/04/2018 (Réf. 8110)

A la une

La filière de la volaille recrute sous label

L'IGP Poulet fermier des Cévennes, vous connaissez ? Il s'agit de la plus petite IGP de France, à cheval entre les départements de l'Ardèche, le Gard, l'Hérault et la Lozère. Le Groupement des producteurs cévenols cherche de nouveaux éleveurs dans le Sud-Ardèche pour répondre à une demande croissante de viande produite sous signe de qualité.
Publié le 11/04/2018 (Réf. 8111)

A la une

Montbéliarde : Entre critères de sélection et reconnaissance dorée

Quelques très bons classements ont été remportés cette année par des éleveurs du syndicat de la race montbéliarde qui se sont réunis en AG le 5 avril. Résultats techniques, critères de sélection, visites thématiques... Le syndicat envisage aussi d'organiser un concours départemental à la foire de Gilhoc en 2019.
Publié le 11/04/2018 (Réf. 8112)


Pour vous abonner, cliquez...

Au fil de l'actu

FCO : les conditions d'échange et d'export d'animaux

Publié le 10/01/2018 (Réf. 7957)

Les règles et conditions d'export et d'échanges d'animaux ont été précisément fixées.

Bovins à destination de l’Espagne

  • Soit PCR négative 14 jours après désinsectisation (le plus utilisé)

  • Soit pour les veaux de moins de 70 jours : troupeau et mère vaccinée sérotype 4 et sérotype 8 (difficilement applicable actuellement)

  • Soit pour les broutards : troupeau vacciné sérotypes 4 + 8 et broutard vacciné (2 injections) sérotypes 4 et 8 + 10 jours.

Bovins à destination de l’Italie

- Territoire réglementé sérotype 4 (voir carte) : pas de condition pour le sérotype 4

  • Broutards vaccinés sérotype 8 + 10 jours

  • Veaux de moins de 90 jours issus de mère vaccinée sérotype 8.

- Territoire italien hors sérotype 4 (concerne uniquement la zone de piémont qui importe de France essentiellement des veaux croisés et quelques broutards, zone en blanc sur la carte au nord de l'Italie) :

  • Veaux de moins de 90 jours nés de mère vaccinée sérotype 4 et 8

  • Broutards : vaccination sérotype 4 + 60 jours (le délai peut être raccourci à 35 jours avec une PCR négative) et vaccination sérotype 8 + 10 jours.

Autres zones UE
Téléchargez tableau

Hors UE
Négociation en cours, mais il est probable que la vaccination sérotype 4 et sérotype 8 soit nécessaire. Pour les éleveurs qui pourraient bénéficier de ces marchés nous vous conseillons de vacciner.

1,8 millions de dose de vaccin sérotype 4 sont disponibles pour le territoire national, avec des priorités d’affectation : animaux destinés à l’export et cheptels ovins. Les éleveurs qui souhaitent protéger leur troupeau ou qui sont amenés à vacciner pour conserver leurs débouchés doivent commander au plus tôt les doses directement auprès de leur vétérinaire pour bénéficier des vaccins gratuits.

80 % des ventes de bovins exportés se font en direction de l’Italie et de l’Espagne, cependant les 20% vendus hors de ces zones permettent de maintenir les prix et de profiter de certains créneaux (génisses prêtes…).

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (04 75 66 53 30) ou le GDS (04 75 64 91 85)
.


Nota bene

Nous rappelons que les circulations d’animaux sont libres sur tout le territoire national. Par ailleirs, nous connaissons mal les conséquences du virus sérotype 4 dans les troupeaux en France