HORTICULTURE
Au paradis des tillandsias, à Lagorce

Mylène Coste
-

Véritable passionnée, Laurie Rousset fait partie des rares horticulteurs français à cultiver les tillandsias, aussi appelées « filles de l’air ». Installée à Lagorce, sa serre abrite plus de 30 000 de ces plantes surprenantes.

Au paradis des tillandsias, à Lagorce
Laurie Rousset cultive aujourd'hui 30 000 plantes représentant 170 espèces à Lagorce.

C’est un peu par hasard que Laurie Rousset a découvert les tillandsias. Diplômée dans l'aménagement paysager, elle est alors loin d’imaginer que cette découverte changera le cours de sa vie. « J’ai commencé à en cultiver pour moi, à faire un peu de sélection pour diversifier mes espèces. Petit-à-petit, je me suis mise à en vendre par ci par là. Aujourd’hui, je m’y consacre à 100 %. » Après plusieurs années aux Vans, son entreprise Liloo Tillandsias déménage à Lagorce, en 2019. Elle y installe une serre de 300 m2 qui abrite aujourd’hui plus de 30 000 plantes sur plusieurs niveaux, de différentes formes et couleurs. 

Un pouvoir de conservation de l’eau

Les tillandsias les plus tropicales évoluant en milieux humides (70 % d’humidité), il convient de leur fournir l’eau dont elles ont besoin. « Dans ma serre, je maintiens un taux d’humidité de 20 %, pour habituer les plantes à une atmosphère de maison, indique Laurie Rousset. Je vaporise également les plus tropicales 1 à 3 fois par semaine, et leur donne des bains de 10 min régulièrement à température ambiante. Il faut toutefois veiller à les faire sécher rapidement, à l’envers si possible, pour éviter que l’eau ne stagne dans le cœur. » Les tillandsias issues de milieux plus secs, de couleur grise, nécessitent quant à elles moins d’humidité.

Côté température, les tillandsias peuvent évoluer entre 5 et 35 °C, voire plus si le climat est humide. « Les températures fraîches (moins de 10 °C) favorisent la floraison : c’est pourquoi je conseille de laisser les plantes dehors durant le mois d’octobre, indique l’horticultrice. Attention toutefois, elles nécessitent un climat aéré. » Les « filles de l’air » ont également besoin de lumière, bien que le plein soleil (exposition sud) soit à éviter. 

Une collection de 170 espèces

« Les floraisons sont étalées toute l’année selon les variétés, souligne Laurie Rousset. À chaque floraison, la plante crée 1 à 5 divisions : c’est ainsi qu’elle se multiplie. La plante-mère meurt au bout d’une dizaine d’années, mais ses divisions continuent de se développer. » La multiplication par semis est longue et fastidieuse : « Je fais germer mes semis sur des cadres géotextiles. Il faut arroser les graines tous les jours, et veiller à ce qu’elles ne s’envolent pas ! Une fois semée, la graine met 6 à 7 ans pour produire sa première fleur. À partir de la floraison, il faut compter 6 à 18 mois pour que les cosses se développent. »

En 15 ans, Laurie Rousset a constitué une collection de plus de 170 espèces de tillandsias, référencées auprès du conservatoire des collections végétales spécialisées (CCVS). « Je fais régulièrement des échanges avec des jardins botaniques », indique également la jeune femme.

Mylène Coste

Tillandsias : qu’est-ce que c’est ?

Tillandsias : qu’est-ce que c’est ?

Plantes grasses appartenant à la famille des broméliacées, les tillandsias sont des plantes épiphytes qui se nourrissent de l’air et absorbent par leurs feuilles l’eau, les sels minéraux et les nutriments nécessaires à leur développement. Originaires d'Amérique latine, elles se développent naturellement dans des climats tropicaux ou désertiques et s’épanouissent « hors sol » en s’accrochant sur des branches, des pierres, etc. On compte environ 700 variétés dans la nature.

la plante se multiplient par divisions, en créant 1 à 5 divisions à chaque floraison.

la plante se multiplient par divisions, en créant 1 à 5 divisions à chaque floraison.
Un succès grandissant pour Liloo tillandsias

Un succès grandissant pour Liloo tillandsias

Laurie Rousset s’est peu à peu fait connaître du grand public au travers de différents circuits de commercialisation, qui ont cependant subi un coup d’arrêt avec la crise sanitaire. « D’ordinaire, je participe à des fêtes aux plantes dans toute la moitié sud de la France, de Mâcon à Antibes en passant par Toulouse, indique-t-elle. Je suis également présente sur les marchés des Vans ou de Salavas, et accueille les visiteurs tous les mercredis à Lagorce. J’accueille également des groupes – professionnels ou non – et compte plusieurs clients professionnels. Je vends également des plantes auprès de fleuristes et revendeurs, et depuis peu, à la Samse d’Aubenas pour son rayon décoration des salles de bains ! »

Surprenantes, colorées et originales, les tillandsias séduisent de plus en plus, comme le constate l’horticultrice : « On peut les suspendre, les changer de place et de support, les voir évoluer, se diviser… Avec les tillandsias, on peut vraiment s’amuser ! »