ELEVAGE
Histoire d’une conversion à l’agriculture biologique réussie

Marc Labille
-

À Saint-Martin-du-Tartre, le Gaec Pingeot a choisi la conversion au bio pour tirer le meilleur parti de ses terrains séchants tout en optimisant ses coûts de production. Jouant sur les synergies entre cultures et élevage, les associés ont opté pour une réduction du nombre de vêlages couplée à une production de bœufs et de femelles grasses.

 Histoire d’une conversion à l’agriculture biologique réussie
Désormais, les mâles nés sur l’exploitation sont conduits en bœufs pour une commercialisation à trois ans.

L'article est disponible à la lecture aux utilisteurs connectés

Découvrez nos offres