PROMOTIONS / E. Leclerc dans le viseur
Michel-Edouard Leclerc a annoncé qu'il bloquait le prix de la baguette de pain dans les magasins du groupe à 29 centimes d'euro.

Dans un communiqué commun, la FNSEA, l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), l’interprofession Intercéréales, l’Association nationale de la meunerie française (ANMF) et la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBBPF) ont vivement dénoncé la campagne menée par l’enseigne Leclerc avec une baguette à 0,29 centime d’euro (et même 0,23 euro), pendant six mois dans l’ensemble de ses magasins. C’est une campagne « démagogique et destructrice de valeur pour une filière d’excellence », ont réagi les cinq organisations. Elles s’interrogent sur l’écart entre le prix pratiqué par cette enseigne et celle de l’Insee qui indique que la moyenne du prix de la baguette, en France en 2021, est de 0,90 euro. Michel-Edouard Leclerc, a estimé le 16 janvier qu'il s'agissait d'une « polémique ridicule ».  « On était déjà à ce prix-là, c'est une baguette premier prix, c'est une baguette qu'on vend par millions (...). Face à l'inflation qui arrive, on a voulu prendre un marqueur de notre intention de ne pas faire passer des hausses de prix sans discussion, sans modération », a-t-il expliqué. Michel-Edouard Leclerc a annoncé mardi qu'il bloquait le prix de la baguette de pain dans les magasins du groupe à 29 centimes d'euro. « Dans ce prix, on a tenu compte de deux hausses de prix que les meuniers nous ont demandé de passer » et « nous acceptons la sanctuarisation des produits agricoles » comme l'exige la loi Egalim, s'est défendu le président du comité stratégique des magasins E. Leclerc.

Porc : des promotions inacceptables

Culture Viande (abatteurs) dénonce le 17 janvier des promotions « tout aussi inacceptables » pour la viande porcine dans l'enseigne bretonne. La fédération de l'abattage-découpe cite plusieurs exemples de prix au consommateur, dont des côtes de porc à 1,69 €/kg ou du jambon à 1,85 €/kg. À de tels niveaux de prix, « il manque près de 0,50 €/kg pour couvrir les frais d’abattage, découpe, conditionnement… », affirme Culture Viande.  « Il faudrait donc payer aux éleveurs le porc à moins de 1 €/kg ! Est-ce cela le soutien aux éleveurs de porcs français ? » s'interroge l'organisation. Constatant que « la FNSEA a réagi à juste titre sur le prix de la baguette », Culture Viande pointe « le silence assourdissant de la production porcine sur les promotions à bas prix de ce début d’année ». En cette période habituelle de promotions, « c'est vrai que l'on voit encore des promotions très basses, mais proportionnellement moins basses que l'année dernière », estime François Valy le président de la FNP (éleveurs de porcs, FNSEA) « Si on veut empêcher ce genre de promotions, il faut que la loi Egalim 2 soit respectée. Or, aujourd'hui, très peu d'abatteurs se pressent pour répondre à nos propositions de contrats », déclare-t-il.