• Le 22 septembre, le ministère de l'Agriculture a présenté un budget agricole de 5,07 milliards d’euros (Md€) pour 2022. Une légère hausse par rapport à l'an passé qui bénéficie notamment aux MAEC et à la bio, à la politique sanitaire et à l'enseignement.

  • Les producteurs, industriels et distributeurs bio ont été reçus le 16 septembre par Julien Denormandie. Au programme : problèmes de débouchés, rémunération des services environnementaux et recherche et développement, avec en ligne de mire une éventuelle révision du plan Ambition bio.

  • Dans son discours au Space le 14 septembre, le ministre de l’Agriculture a déroulé sa vision du bien-être animal. Citant la fin de la castration à vif en porcs et l’élimination des poussins, il a plaidé pour que le surcoût soit « supporté in fine par le consommateur ».

  • Epiterre a annoncé ce 14 septembre avoir remporté un appel à candidatures du fonds Régénératif pour la nature du groupe Kering pour financer le développement du sainfoin dans le Lot à hauteur de 500 000 euros. Une étape dans le développement du guichet de compensation environnementale de la FNSEA qui espère séduire plus de grandes entreprises et de collectivités.

  • La Poste a choisi le siège de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) à Paris pour lancer, le 17 septembre, en avant-première, un bloc de quatre timbres sur le thème « La terre nous nourrit, protégeons-la ». Entouré notamment de Guillaume Gomez, représentant personnel du président de la République pour la gastronomie et l’alimentation, et d’Angélique Delahaye, président de Solaal, Sébastien Windsor, président de l’APCA, a rappelé que « se nourrir est un bien précieux, qui peut être remis en cause » par de nombreux facteurs. Guillaume Gomez a insisté sur le fait que si « l’alimentation française était une équipe, l’agriculture en serait la capitaine (…) car on ne fait rien sans les produits agricoles métropolitains et ultramarins », a-t-il précisé. De son côté, la présidente de Solaal souhaite tout mettre en œuvre pour « réduire la fracture alimentaire qui s’est creusée à la faveur de la pandémie ». Tous ont insisté sur la nécessité de préserver la terre nourricière et la protéger. C’est le message principal que souhaite faire passer ce bloc de quatre timbres. Le premier est intitulé : « agriculture durable », le deuxième « circuit court », le troisième « consommer durable » et le quatrième « bien-être et santé ». Ce timbre, tiré à 310 000 exemplaires, est vendu dans certains bureaux de poste. Il peut être vendu par mail [email protected] et sur le site internet www.laposte.fr/boutique.

  • La Section nationale des fermiers et métayers de la FNSEA (SNFM) organisait le 9 septembre son 73e congrès à Paris. Les débats ont notamment porté sur la transmission des exploitations avec la nécessité de s’accorder sur la valeur de l’exploitation. 

  • Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a présenté le 9 septembre dernier un point de situation sur le déploiement du Plan de relance agricole. Le ministre s’est déclaré satisfait du déroulé actuel de cette mise en œuvre. 

  • Le gouvernement a lancé le 1er septembre le troisième et dernier chantier du Varenne agricole sur la gestion de l’eau. Trois groupes de travail plancheront jusqu’à fin décembre sur la concrétisation des PTGE, l’optimisation de la ressource en eau et la politique d’aménagement d’ici 2050.

  • Après avoir déréférencé cinq abattoirs espagnols, la Chine prépare une visite d’audit en France, selon Culture viande. D’après les professionnels, l’Empire du milieu tenterait de stabiliser son marché intérieur en freinant les importations.